Madame Talk

Madame Talk x Sarahmée

June 14, 2021 Madame Rap Season 1 Episode 10
Madame Talk
Madame Talk x Sarahmée
Chapters
Madame Talk
Madame Talk x Sarahmée
Jun 14, 2021 Season 1 Episode 10
Madame Rap

Née à Dakar à la fin des années 80, Sarahmée est adoptée à l’âge de 7 mois par un couple de Québécois installés au Sénégal. Elle vit ensuite entre le Québec, le Rwanda et la Tunisie avant de s’installer à Montréal.  

Alors que sa mère joue de la kora et que son frère Karim Ouellet s’illustre aujourd’hui dans la pop indé, Sarahmée se tourne vers le rap, qu’elle découvre à l’âge de 10 ans. 

Elle se passionne d’abord pour le rap américain avec les Fugees, Lucy Pearl, et Nas, puis le rap français avec NTM, IAM ou MC Solaar. 

Touchée par l’énergie de cette musique, elle commence à rapper les poèmes qu’elle écrit. En 2008, elle fonde le duo de rap Diaspora avec l’artiste ivoirienne Yasmina, puis se lance en solo en 2009. 

Après deux albums, Sarahmée s’apprête à sortir un nouvel opus le 3 septembre prochain. L’artiste nous parle de son implication croissante dans la direction artistique de ses projets, du racisme systémique qui la révolte, de sa conscience féministe en perpétuelle construction et de son intérêt pour la mode. 

Show Notes

Née à Dakar à la fin des années 80, Sarahmée est adoptée à l’âge de 7 mois par un couple de Québécois installés au Sénégal. Elle vit ensuite entre le Québec, le Rwanda et la Tunisie avant de s’installer à Montréal.  

Alors que sa mère joue de la kora et que son frère Karim Ouellet s’illustre aujourd’hui dans la pop indé, Sarahmée se tourne vers le rap, qu’elle découvre à l’âge de 10 ans. 

Elle se passionne d’abord pour le rap américain avec les Fugees, Lucy Pearl, et Nas, puis le rap français avec NTM, IAM ou MC Solaar. 

Touchée par l’énergie de cette musique, elle commence à rapper les poèmes qu’elle écrit. En 2008, elle fonde le duo de rap Diaspora avec l’artiste ivoirienne Yasmina, puis se lance en solo en 2009. 

Après deux albums, Sarahmée s’apprête à sortir un nouvel opus le 3 septembre prochain. L’artiste nous parle de son implication croissante dans la direction artistique de ses projets, du racisme systémique qui la révolte, de sa conscience féministe en perpétuelle construction et de son intérêt pour la mode.